vendredi, février 06, 2015

enceinte

Non, ma deuxième grossesse n'est pas épanouissante. J'en ai marre de gonfler à vue d’œil. J'en ai marre des envies pressantes et des fuites urinaires. J'en ai marre des fringales nocturnes et diurnes. J'en ai marre des nuits agitées. J'en ai marre du mal de dos. J'en ai marre de mes jambes qui me font déjà souffrir. Et j'ai personne à qui le dire. J'en ai marre de devoir rester forte pour mon fils, ou du moins sauver les apparences. J'en ai marre de devoir rechercher un travail ou du moins un petit gagne pain pour essayer de combler tant bien que mal ce foutu découvert... J'en ai marre de m'inquiéter pour les factures, le quotidien... Et maintenant, un autre petit être grandit en moi et qui bouge déjà. Un petit être qui est venue sans crier gare, ou du moins que je croyais perdue et qui s'est accrochée à la vie, comme je le lui avais demandé.. J'ai peur et j'ai personne à qui le dire. Pas pour moi mais pour mes enfants. Que vais-je pouvoir leur offrir? C'est pire depuis que nous sommes arrivés ici. On a un toit sur la tête, oui, à condition de pouvoir payer le loyer. Pour la nourriture depuis ce mois-ci, c'est les resto du coeur, pas de superflu, stricte minimum vital... Pas de quoi faire de vrais repas équilibrés. Et personne à qui le dire, même pas à l'homme qui m'accompagne, surtout pas à lui, puisqu'il prend tout à la légère. Va-t-il enfin subvenir aux besoins de sa famille? j'ai de sérieux doutes. Lui ce qui l'inquiète surtout, c'est qu'il ne peut plus me toucher. Et comment avoir envie de faire l'amour avec tout ce qui me trotte dans la tête? J'ai beau essayer de lui expliquer, c'est comme si je parlais à un mur ou un sourd. Personne à qui le dire...

samedi, novembre 22, 2014

chez nous

Le 15 Octobre, nous passions enfin la porte de notre chez nous avec quelques affaires et de rares meubles (lit et matelas de mon fils, 3 chaises de jardin, 1 petite table de cuisine, 1 matelas qu'on a pu récupéré, voué à la déchetterie sans cette seconde vie). Il a fallu s'y faire, surtout pour le Ptit loup qui pour la première fois de sa petite vie, avait sa chambre à lui. Au tout début, le camping. Avec l'attente de l'aide potentiel de la caf et un prêt d'installation à taux 0, on cuisine le tout grâce à un autocuiseur et le balcon nous sert de frigo quand ce n'est pas la salle de bain, pièce la plus fraîche ici. L'attente dure tout comme mon découvert à la banque. Plus d'emploi, plus de salaire de maman et pas d'allocation chômage non plus. Je n'y ai pas droit. Pas assez d'heures et j'ai démissionné....Pas faute d'avoir essayé de négocier mes horaires avec mon taf. En gros, je devais accepter de voir mon fils deux fois par semaine ou arriver tous les jours en retard. Et connement, gentiment, pour mes collègues, j'ai envoyé ma lettre. En plus du camping qui s'est éternisé jusqu'à la seconde semaine de novembre, j'ai reçu pas mal de courrier de ma banque, à mon ancienne adresse, chez ma mère donc...Et le 27 octobre dernier, cette fois c'est un appel qui me prédit une interdiction bancaire. C'est encore une fois ma mère qui m'a tirée de ce mauvais pas en me donnant 150 euros et ainsi éviter le pire. Le chèque de 59 euros et des bananes ne va pas être rejeté... Quant à l'homme qui partage ma vie, comme souvent, il ne s'est pas inquiété...Je devrai dire comme toujours. Inaction totale pour cette fois. (Là je précise, pour cette fois parce que pour tout ce qui est papier administratif par exemple, là il est très fort). Moi, vous pouvez m'imaginez au bord de la crise de nerfs, hyper angoissée et en colère.Une maman parfaitement zen. A l'heure actuelle, l'aide de la Caf nous est parvenus. Il a fallu faire une demande de crédit à la consommation pour pouvoir renflouer le compte, payer les factures en retard et acheter entre autre l'électroménager. Pas toujours facile de repartir à zéro. A l'heure actuelle, nous payons toujours le box où sont entreposées les affaires que nous avions pu sauver. A l'heure actuelle, j'ai toujours des meubles et autres à récupérer dans la cave de ma mère. A l'heure actuelle, j'attends toujours l'arrivée d'une salle à manger et d'un canapé...Avec un peu de chance, nous aurons le tout aujourd'hui. Et à l'heure actuelle, je cherche toujours un emploi. Je pense à me proposer de nouveau comme modèle, en espérant être rémunérée cette fois. Je pense à créer un blog ou un site où je posterai des nouvelles. Un site où les gens paieraient pour me lire...sauf que le côté technique me fait défaut. La suite bientôt.

mercredi, juillet 23, 2014

....

alors voilà, je me connecte... l'envie d'écrire et puis soudain plus rien. Faut dire que je ne suis pas aidée. 1-la télé qui boit ton cerveau, cette émission ou soit-disant enquête sérieuse et documentée ( et pkoi jl'éteinds pas)qui me déprime en montrant ces jeunes sans but si ce n'est faire du fric ou en dépenser. 2-la conversation téléphonique du pote de mon amoureux...en pleine prise de tête avec sa meuf 3- la conversation entre mon mec et son pote entre deux raccrochages 4- mon mal de tête qui ne me quitte pas depuis cette apm sans oublier cette foutue fatigue. 5- mes allers-retours sur fb... 7- mes pensées en tout genre comme "tiens, et si jfaisais la vaisselle...Ah bah non le 3 se prolonge dans la cuisine... ainsi que le 2 mais surtout surtout, vais-je avoir bientôt mon chez moi ou plutôt un chez nous

jeudi, juillet 17, 2014

Comprendre

Après une mise au point qui m'a fait l'effet d'un coup de poing, j'en suis à me poser un max de questions. Des questions sur moi, mais aussi sur mon couple. Des questions sur comment je vis aujourd'hui ma sexualité. Je pensais au début qu'il ne s'agissait qu'un petit coup de mou (désolée pour l'expression) après une grossesse et un accouchement... Mais, il y a un mais, je me dois d'être réaliste, depuis le début de notre relation, j'ai eu par moment des blocages. Je ne pouvais plus apprécier certains gestes, certaines caresses ou positions. Certains souvenirs me revenaient de temps en temps en mémoires, plus ou moins consciemment. Maintenant que j'ai mis le doigt sur ces souvenirs, ils s'insinuent constamment... Et c'est plutôt gênant, puisque j'aime mon homme mais mon corps le repousse, quand bien même je ne dis mot. Et si je dis mot, je le blesse encore plus. Il paye les pots cassés pour des mecs qui n'en valent pas la peine... Et quand on rajoute à cela que ni l'un ni l'autre ne faisons des efforts pour s'écouter réellement et pas tout ramener à nous.... Le pire est parfois à craindre. Alors bien sûr, on s'en veut, on essaye d'arrondir les angles mais mes maux restent (les siens aussi, du fait de ma façon d'agir et certains mots)et sa frustration aussi. J'ai peur qu'il n'aille voir ailleurs... ce à quoi je risque de réagir très violemment. Pire qu'il me quitte et que je me retrouve ici, seule avec mon ptit bout ou que je ne reparte une nouvelle fois chez ma mère...belle avancée moi qui ai mis si longtemps à construire quelque chose de beau et de bien. On a vécu des expériences que sans lui je n'aurai pas vécu, parfois difficiles, parfois simplement belles et hors cadre, du moins avec un cadre, le notre, à l'abri des regards indiscrets et des jaloux. Mais je n'avance pas pour l'instant à trouver une solution pour ces pertes de plaisir et de désir... Quelques recherches internet. Je n'ai pas envie de nouvelles séances chez un psy pour ressasser encore et encore. Je sais quoi me reste à trouver comment. Je songe tout de même sérieusement à l'hypnose... si quelqu'un a des pistes.

expulsion

Bientôt un an pour toi mon fils, et tu as déjà connu deux expulsions. Bien sûr, tu ne t'en souviendras plus d'ici quelques temps... Mais comment les as tu vécues? Est-ce que tu grandiras avec un sentiment d'insécurité? Une peur de l'abandon? Et que sais-je encore.... Heureusement, il n'y a pas eu de violences verbales ou physiques. La première, on l'a su bien avant. Un déménagement normal ou presque. Un jour avant l'arrivée des crs, nous étions chez mamie, bien à l'abri, en ce mois de décembre. Tu as pu voir quelques heures ton père, et ce tous les jours ou presque... Mais la nuit, souvent, tu avais des petits cauchemars. Cette séparation aura duré un long mois tout de même. La seconde, toute récente en ce début juillet, nous as fait l'effet d'une claque. Un peu avant 7 h du mat, ils ont débarqué... dur dur le réveil. Il a fallu ramasser au plus vite un max d'affaires: en priorité, les tiennes. Je les ai maudis au passage, en leur souhaitant l'enfer; moi qui ne suis plus tout à fait en accord avec mon catéchisme. Eh bien oui, ils ont osé toucher à ton intégrité physique et psychique en te foutant à la rue! Heureusement, papa et moi (surtout papa) sommes plein de ressources. Une fois le box loué, l'assurance de pouvoir récupérer le reste de nos affaires après rdv auprès de l'huissier en charge de cette affaire, direction notre week-end (puisque déjà payé et pas de remborsement possible) histoire de nous remettre de ce vilain début de journée. Le week-en a joué les prolongations, puisque nous sommes restés sur place. Une nouvelle vie commence pour nous mon ptit loup, loin de paname et ses aléas. maman se retrouve quand même avec beaucoup moins de repères et bientôt sans travail... Mais après tout des jobs de vendeuses ici ou là-bas ça se trouve et au bout du compte ça saoule! Je te promets de tout faire pour que tu ne manques de rien mon amour de bébé...

samedi, mai 03, 2014

chiffres

En un peu plus d'un an, pas moins de quatre déménagements quatre, c'est aussi le nombre de mois durant lesquels tu as été incarcéré. 9 mois de grossesse moins 20 jours.... grossesse durant laquelle il y a eu tes quatres mois à Fresnes et un déménagement... et toujours 35h de travail par semaine. 1 accouchement Non tout ceci n'est pas fatiguant Chiffre inconnu: le nombre de fois où je me suis réveillée pour veiller sur mon fils: vérifier qu'il respire, le rassurer, lui donner un biberon autre chiffre inconnu: le nombre de fois où j'ai demandé de l'aide, où je t'ai demandé de l'aide. 8, c'est le nombre de séances de waterbike que je me suis octroyée...sur les 13 prévue. autre chiffre inconnu: le nombre de fois où j'ai pleuré durant ces 8 mois depuis l'accouchement... mais tout va bien, je ne suis pas seule... 1, c'est le nombre de fois où je suis allée à la piscine, avec mon ptit loup bien sûr 3, c'est le nombre de broncchiolites et de séjour chez les kiné... Pour le dernier séjour, heureusement maman était là. chiffre inconnu: h de sommeil à rattrapper. 20, c'est le nombre de séances de réduc périnatale 5 c'est le compte à rebours, nombre de jours qui me reste avant de reprendre le boulot chiffre inconnu: le nombre d'heures passé à faire les courses, le ménage, la cuisine.... chouette, je rentre bien dans les critères la femme à la maison....Et je rentreai sûrement bien dans les critères double journée de taf pour maman 0 soins du visage 0 spa 0 café avec les copines 3 séances chez le coiffeur dont une avec le petit chiffre inconnu: nombre de siestes (trop peu de toute façon) chiffre inconnu: blagues débiles de tes potes après l'arrivée du petit, sans oublier les tiennes. (beaucoup trrop de toute façon) chiffre inconnu: nombre d'appels pour savoir si tu vas bien, où tu es, etc...non rien de stressant 2 films depuis l'accouchement dont 1 avec toi, youpi une sortie en couple! 1 semaine à Rouen durant ma grossesse 1 week-end prolongé à Rouen depuis l'accouchement...c'est tes parents qui doivent être contents! 1 semaine à Lanzarote, c'est abuelo qui est déçu, faute de tunes. La Caf ça paye mal... chiffre inconnu: le nombre de fois où j'ai eu envie d'hurler ou te frapper...pas bon pour le petit et merde je t'aime chiffre inconnu: "c'est untel" oui c'est vrai c'est toujours la faute de quelqu'un tes absences, mais jamais la tienne 1 menace d'aller voir ailleurs 1 menace de te planter (chronologiquement, c'est l'inverse, tu as eu plus de mal avec le fait que j'aille voir ailleurs) chiffre inconnu: nombre de fois où j'ai angoissé à l'idée que tu prennes le relais avec mon fils Va-t-il regarder des dessins animés toute la journée? Avoir une tonne d'applis sur ta tablette? Passer la journée à l'accueil, avec toi et bien sûr tes potes (et plein de fumée en poerspective) Liste non exhaustive...

au secours!!!

Je ne suis ni ta bonne ni ta pute ni ta conne. Je la mère de ton enfant, ton premier fils. Je suis censée être ta femme. Mais sais-tu comment traiter une femme? Mais sais-tu comment traiter ta femme? Je ne suis pas celle qu'on laisse dans un coin pour rester jusqu'à point d'heure avec ses potes. Je suis celle qui mérite de passer avant eux, ne serait-ce parce qu'elle sera toujours là à tes côtés... A la fin de cette nouvelle aventure, combien encore te souriront, trouveront que t'as de bonnes idées? Sur les doigts d'une main, voilà la vérité. Je ne dors pas quand t'es pas là, je m'inquiète quand t'es pas là... Mais ça tu t'en tzpes, tu en ris même avec ses super potes.... Je suis censée être là pour partager ta vie, construire quelque chose de ous deux, en plkus e cet enfant qu'il nous (ou devrais-je dire qu'il me faut?) élever, éduquer, lui apporter tous les soins, toute l'écoute qu'il mérite. Je ne suis pas celle qu'on laisse dans un coin en se disant que demain tout ira bien, qu'elle aura oublié. Cela fzit longtemps que je n'oublie rien. Je ne suis pas celle avec qui tu peux jouer à ne plus décrocher ton téléphone. Je ne le supporte pas. Continue ce petit jeu avec moi et tu le regretteras. La roue tourne... Peut-être un jur, je serai bien lasse d'être celle que tu as osé laisser de côté, alors qu'elle t'aimait elle envers et contre tous. Je suis déjà lasse.... mais voilà je t'aime quand même Combien de temps cela va-t-il durer?